De temps en temps, j’écris


De mars à mai 2019.

16x11 cm

Une édition : Texte - image, journal, poème, intime, commun, écoute - ressenti.
Un état d’exception qui n’est plus exceptionnel. Une expérience, un moment imposé.
En effleurant l’ennuie, en meublant le temps, un témoignage sur nos corps assiégés, une fragmentation de la répétition.

Extrait du texte.  

«Temps neuf,

Il refait beau, pancake, café, et du thé. On décide de s’échapper en fumée. Fort comme avant. Fumée d’avant. Frontière fermée. 18 h 00, je travaille, préparation d’un rendez-vous virtuel, je fais à manger. Mon carnet est resté dehors, trempé, mes mots fléchés sont fichus. J’aime quand la page est bien lisse. Rigide. Glissante. J’ai trouvé un livre sur Hitchcock, mais je n’ai pas trouvé que ça. Histoire inquiétante. Titre.
Le besoin d’un lointain pour se rassurer d’un proche ? Ou simplement l’envie d’un lointain, mais la disponibilité d’un proche. On n’a pas dansé à 20 h 00, il pleuvait. C’est le glissement, c’est glissé. »