Artiste et photographe
 (+  d’infos)



EXPOSITION 
IL N’Y A PAS DE PERDANT.E.S, IL Y A QUE DES GAGNANT.E.S, été 2023. Arles

Atelier des serpents


Projet collectif  d’exposition avec les artiste : Elorah Connil, Margot Millet, Emilie Maricq, Valia Russo & Gwenole le Gal. Pendant quelques mois, nous avons partagé un atelier d’artsite avec les personnes cité ci-dessus. 
Lors des Recontres de la photographie nous avons pu organiser une exposition/happening sur le temps d’une soirée. 
L’atelier regardé comme un espace partagé de création, se révèle aussi comme un espace de friction, d’accumulation d’objets et de projets croisés, de brouillons, de gestes en train de se faire, de travaux déjà fait ou d’illusion réinventée. 
À la fois grand.es gagnant.es du système  universaitaire et grand.es perdant.es du marché de l’art, les six artistes plusieurs fois diplômé.es ouvrent leur porte pour une soirée dans une ville en pleine effervescence, entre saturation de mises en scènes artistiques et opportunité mal placée. Dans une volonté de mise à nu et avec une certaine désillusion, 100 lots directement issus de l’atelier sont mis en gain, au travers d’une forme tombolesque, où la gratte est immanquablement gaganante.





︎ English Version
Collective exhibition project with the artists: Elorah Connil, Margot Millet, Emilie Maricq, Valia Russo & Gwenole le Gal.  For several months, we shared an artsite workshop with the above-mentioned artists. During the Recontres de la photographie, we were able to organise an exhibition/happening over the course of an evening.
The workshop, seen as a shared space for creation, also reveals itself as a space of friction, of accumulation of objects and crossed projects, of drafts, of gestures in the making, of work already done or illusion reinvented.
At once big winners in the university system and big losers in the art market, the six artists, many of them graduates, are opening their doors for an evening in a bustling city, between a saturation of artistic presentations and misplaced opportunity.  In a bid to expose their work, and with a certain disillusionment, 100 lots taken directly from the studio are put up for grabs, in a tomboyish form where the scratch is inevitably gagging.