Artiste et photographe
 (+  d’infos)





L’ÉCUME DES BALEINES

Islande 2023

Froða hvals ou l’Écume des baleines, série de 11 photographies et un texte oral, 70x60cm, jet d’encre velvet, Islande, 2022.
En 2022, j’ai passé un hiver en Islande. La nuit épaisse a rythmé mon expérience, cette temporalité à souligner l’aspect fantasmagorique du paysage. Les croyances, les superstitions et le mysticisme sont l’essence de ce territoire et ont construit un recueil de souvenirs qui se sont endormis au rythme de la nuit. Les images m’ont rendu la mémoire, elles ont été pour moi une trace qui ravive souvenirs et projection d’un autre réel. Cette série photographique interroge l’imprévu que je cherchais dans cet environnement hostile, dans un paysage essentiellement enneigé ou la tempête rythme le déplacement et la vision. Cet imprévu joue le rôle de l’extraordinaire, accentuant la dualité de la réalité et de la fiction, générant sa propre tension, les images ont chacune leur propre tension.
Cette expérience de l’ennui, du manque d’activité et de la solitude interroge les moments qui échappent au temps sur une île en exergue de tout continent ou le climat rythme le quotidien, comme une parenthèse, une envolée au-dessus de tout repère. La couleur, mais aussi la brume et l’utilisation du noir insiste sur l’étrangeté de ces espaces vastes et mystiques. Le texte souligne cette étrange solitude imposée par le contexte, ce texte est lu par murmure dans l’espace d’exposition, comme des bouts de souffle.
.



︎ English version
WHALE SCUM
Froða hvals or Whale Scum, series of 11 photographs and an oral text, 70x60cm, velvet inkjet, Iceland, 2022. In 2022, I spent a winter in Iceland. The thick night punctuated my experience, this temporality underlining the phantasmagorical aspect of the landscape. Beliefs, superstitions and mysticism are the essence of this land.
are the essence of this land and have built up a collection of memories that have fallen asleep to the rhythm of the night. The images have given me back my memory, and for me they have been a trace that revives
memories and projections of another reality. This photographic series questions the unforeseen that I was looking for in this hostile environment, in an essentially snow-covered landscape where the storm gives rhythm to movement and vision.
and vision. The unexpected plays the role of the extraordinary, accentuating the duality of reality and fiction, generating its own tension, and the images each have their own tension. This experience of boredom, lack of activity and solitude questions the moments that escape time on an island set apart from any continent, where the climate sets the pace of daily life,
like a parenthesis, a flight above all landmarks. The use of colour, mist and black emphasises the strangeness of these vast, mystical spaces. The text underlines this. This text is read in whispers in the exhibition space, like snatches of breath.

               
           
       
   
.